BAP en bref

Fermer Pourquoi BAP ?

BAP dans la presse

Fermer BAP dans la presse

Rejoignez-nous

Vous souhaitez mieux nous connaître ?

Des propositions à formuler ?

Des suggestions à nous faire ?

Vous souhaitez réagir ?

Nous contacter
Adhérez
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Recherche



Bienvenue sur BRIVE AVENIR ET PASSION

logoBAP.jpg

Si vous aimez votre ville et que vous souhaitez débattre, imaginer et construire le Brive de demain en toute indépendance, rejoignez-nous...

BRIVE AVENIR et PASSION a pour objet :

- De rassembler les brivistes au delà de leur appartenance politique afin de participer à l'élaboration collective d'un projet citoyen et participatif pour dessiner l'avenir de BRIVE,

- De permettre aux brivistes d'être écoutés et d'exprimer leurs attentes sur leur ville,

- De favoriser l'information, la confrontation des avis afin de libérer la parole citoyenne et participer au "mieux vivre ensemble" à l'échelle de la ville,

- De préparer des femmes et des hommes à l'engagement politique et à la prise de responsabilité dans la cité,

- De porter l'expression de la société civile et d'intervenir publiquement sur des sujets de préoccupation et enjeux purement locaux.

 


Les 3 dernières nouvelles


L’INSEE a publié le 29 septembre dernier les niveaux de vie des ménages par commune pour l’année 2014.

Étudié sur le site du Figaro, le dispositif d'analyse, appelé FILOSOFI, prend du temps mais permet de détailler où se situent les zones de pauvreté en France grâce aux informations issues des déclarations fiscales des ménages.

Nous vous présentons ci-après ces informations pour chacune des 48 communes de la Communauté d’Agglomération de BRIVE.

Le niveau de vie qui sert de base à ce classement est égal au revenu annuel disponible du ménage divisé par le nombre d’unités de consommation du ménage.
Il tient compte de la taille du ménage et la précision des données permet de définir où se trouvent les foyers les plus riches et les plus pauvres.

 

                                   LE TABLEAU COMPLET

 

Commune                                                                            Niveau de vie médian

 

Cosnac                                                                                   23 152 €

Ussac                                                                                     23 007 €

Jugeals-Nazareth                                                                   21 915 €

Lissac-sur-Couze                                                                   21 914 €

Chasteaux                                                                              21 228 €

Noailles                                                                                  21 177 €

Saint-Viance                                                                          21 149 €

La Chapelle-aux-Brocs                                                          21 121 €

Sainte-Féréole                                                                       21 093 €

Donzenac                                                                              21 045 €

Saint-Bonnet-l’Enfantier                                                        21 043 €

Nespouls                                                                               21 029 €

Dampniat                                                                               20 737 €

Chartrier-Ferrière                                                                   20 727 €

Saint-Pantaléon-de-Larche                                                    20 663 €

Larche                                                                                    20 613 €

Malemort                                                                                20 584 €

Varetz                                                                                    20 490 €

Saint-Cyr-la-Roche                                                                20 444 €

Saint-Cernin-de-Larche                                                         20 429 €

Perpezac-le-Blanc                                                                 20 153 €

Allassac                                                                                 20 151 €

Saint-Cyprien                                                                         20 062 €

Estivals                                                                                  19 951 €

Saint-Solve                                                                            19 904 €

Turenne                                                                                 19 890 €

Saint-Pardoux-l’Ortigier                                                         19 762 €

Voutezac                                                                                19 735 €

Brignac-la-Plaine                                                                   19 626 €

Chabrignac                                                                            19 540 €

Sadroc                                                                                   19 534 €

Objat                                                                                      19 517 €

Saint-Bonnet-la-Rivière                                                          19 320 €

Cublac                                                                                    19 294 €

Saint-Aulaire                                                                          19 211 €

Yssandon                                                                               19 150 €

Brive                                                                                      18 719 €

Vars-sur-Roseix                                                                      18 684 €

Vignols                                                                                    18 678 €

Estivaux                                                                                  18 662 €

Saint-Robert                                                                            18 453 €

Juillac                                                                                      18 384 €

Mansac                                                                                    18 284 €

Ayen                                                                                        17 654 €

Lascaux                                                                                   17 274 €

Louignac                                                                                 17 213 €

Rosiers-de-Juillac                                                                   16 855 €

Segonzac                                                                                16 367 €

 

Brive est donc classée au 24 194e rang sur 32 974 communes au plan national et, plus inquiétant, figure parmi les 15 communes au niveau de vie le plus faible de la Communauté d’Agglomération.

À titre de comparaison, le revenu disponible national médian était de 20 369 € en 2014.


Partout, la pauvreté et la précarité gagnent du terrain et la ville de Brive n’est pas épargnée.

Le taux de pauvreté par tranche d’âge du référent fiscal en 2014 atteint 28,8 % chez les moins de 30 ans sur la commune de BRIVE !

Ce chiffre interpelle et nous oblige !

Les ménages jeunes et les familles monoparentales sont les plus touchés. Davantage que les caméras de vidéosurveillance qui fleurissent en ville, voilà un des sujets majeurs qui devrait occuper l’équipe municipale de Frédéric SOULIER.

Hier, 17 octobre, était la journée du refus de la misère.

Agit-on et repère-t-on suffisamment tôt les phénomènes émergents en matière de pauvreté et d’exclusion sociale ?

Comme l’affirmait hier Nathalie BOURRUS, journaliste à France Info, « Certains sociologues, pensent que, non, tout n’a pas été tenté. Par exemple : travailler sur les raisons de la vulnérabilité des personnes pauvres. Agir sur leurs fragilités… car une personne en état de faiblesse ne trouvera pas de travail même s’il y en a. Agir au sein des familles et comprendre pourquoi des enfants décrochent à l’école. Agir dans les tréfonds de la précarité, et remettre les disparus au centre de la cordée, non pas en bas.

En un mot : le premier de cordée se doit de se souvenir, que la pauvreté est une violation des droits humains. Et que celui qui ne la combat pas, par tous les moyens, est complice de cet agissement. »
 

BRIVE AVENIR et PASSION fait sienne cette analyse et souhaite mettre dans le débat local aseptisé la lutte contre la pauvreté. Car cela nous concerne tous. Et parce que personne n’est à l’abri.

 


Le Figaro - Quel est le niveau de vie dans votre commune ?

... / ... Lire la suite


Mise au point sur la Voie verte - par Christophe le 13/09/2017 @ 10:44

Beaucoup nous ont demandé pourquoi, à l'instar de l'association Le Phare, nous n'avons pas pris partie dans le conflit opposant les riverains de la Corrèze à la mairie au sujet de la Voie verte.

Cela mérite une réponse pour tous nos lecteurs.

 

Avant toute chose, nous estimons que le rôle de notre association citoyenne n'est pas de défendre des intérêts privés mais au contraire de privilégier l'intérêt général allant au delà de la somme de quelques intérêts particuliers et d'ouvrir une reflexion globale sur l'avenir de notre ville.

En cela, nous ne posons pas le problème de la Voie verte en adoptant un raisonnement binaire : quatre riverains de l'avenue Maillard qui défendent leurs propriétés contre la Mairie qui veut acquérir les parcelles bordant la rive droite de la rivière...

 

La question qui se pose à nos yeux est ailleurs et consiste à savoir si l'on compte retenir le meilleur compromis technique, économique et environnemental au regard de la réalisation de cet aménagement en zone inondable dans l'ensemble de la traversée de la ville.

En effet, il y a un fort enjeu par rapport au risque d'inondations à Brive. Il doit être notre seule préoccupation le long de la rivière.

Si la Voie verte permet une revalorisation de zones inconstructibles et offre une plue-value paysagère, touristique et de loisirs, sa réalisation ne doit pas augmenter les risques en aval et son impact hydraulique doit être neutre, tant du point de vue des écoulements que des capacités de crues de la Corrèze.

 

Toute cette polémique est donc vaine car c'est à cette seule et unique condition que l'on pourra réfléchir à un aménagement raisonné des berges de la Corrèze. 

 

Mais si Périgueux a réussi à parachever la Voie verte des Berges de l'Isle qui permet de traverser toute l'agglomération en continuité parfaite, Brive devrait quand même être capable d'en faire de même ! 

 


La Montagne - Des riverains toujours opposés au tracé sur la rive droite

 

... / ... Lire la suite


L'Arlésienne du TGV - par Christophe le 09/08/2017 @ 08:51

27 juillet 2017 - Dépôt du rapport Delebarre sur l'avenir de la liaison Limoges-Paris et le désenclavement du Limousin :

 

Le rapport Delebarre est consultable ici.

 

Rapport Delebarre sans surprise qui acte l'enterrement sans fleurs ni couronnes du TGV en Limousin. A trop avoir voulu ce raccordement avec Poitiers, le Limousin aura tout perdu. Ses élus en sont les premiers responsables et les usagers en payent les conséquences.

Aujourd'hui, les perspectives d'avenir sont minces. Aucune ne permet de réels gains de temps de trajet vers Paris. 

Si bien que l'ancien ministre en conclut à une modernisation de l'axe vers Poitiers "afin de faire circuler sur cette voie non seulement des TER plus rapides mais également des rames TGV. Ces dernières devraient être, à terme, à même de relier les deux anciennes capitales régionales dans un temps plus ou moins proche d’1h00, selon que des aménagements plus ou moins lourds sont apportés à la ligne classique."

Pour quels gains de temps ? obtenir un temps de parcours proche de 2h20 entre Limoges et Paris ce qui équivaudrait à... une performance équivalente sur l'axe POLT rénové !

Ou comment en revenir à la ligne POLT qui n'aurait jamais dû être abandonnée ! 

Au final on peut bien être marri ou attristé mais le constat est là... cruel et sans appel : le Limousin verra passer les trains et devra se contenter de pis-allers !

Christophe Chastanet

___________

Rappel de notre article du 15 avril 2016 suite à l'annulation de la déclaration d'utilité publique de la LGV Limoges-Poitiers :
 

Les opposants ont gagné. 

Si ce projet était bancal dès son origine - et je rappelle qu'Etienne Patier s'était abstenu le 4 juillet 2013 sur le voeu proposé par le maire de Brive de l'époque, Philippe Nauche, et adopté par le conseil municipal, opposition comprise, qui approuvait la poursuite de la procédure de déclaration d'utilité publique pour le projet LGV Poitiers-Limoges dont on voit aujourd'hui ce qu'en pense le Conseil d'Etat - il va vite falloir trouver une solution pour ne pas passer à côté de la grande vitesse qui est une nécessité pour éviter un enclavement ferroviaire de nos territoires.

Abandonner le TGV POLT en rase campagne en 2003 sous les coups de boutoir de Monsieur Raffarin et Madame Chirac au profit de la LGV Poitiers-Limoges n'a abouti qu'à faire perdre du temps.

La grande vitesse c'est l'histoire de rendez-vous manqués depuis le tournant raté des années 1990.

Le coût exorbitant de la LGV Poitiers-Limoges (plus de 2 milliards d'euros) et ses limites économiques condamnaient d'avance la future ligne à l'heure où les considérations budgétaires l'emportent sur les logiques d'aménagement du territoire.

Il est temps de faire preuve de bon sens. Le modèle économique de la LGV à la française, coûteuse et prestigieuse, est suranné. Optimisons la ligne POLT existante. L'abandon de la LGV Poitiers-Limoges remet en selle l'hypothèse d'un train pendulaire qui devait rouler à 280 km/h. Brive a besoin d'un train moderne et rapide. Ne le laissons pas passer sans réagir.

Christophe Chastanet

 

... / ... Lire la suite



AGENDA
Réseaux sociaux
^ Haut ^