BAP en bref

Fermer Pourquoi BAP ?

BAP dans la presse

Fermer BAP dans la presse

Rejoignez-nous

Vous souhaitez mieux nous connaître ?

Des propositions à formuler ?

Des suggestions à nous faire ?

Vous souhaitez réagir ?

Nous contacter
Adhérez
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Recherche



Actualité


Le changement de terminologie pour imposer le terme plus rassurant de « vidéoprotection » n’y fera rien : la vidéosurveillance va s’immiscer dans la vie de chaque briviste à qui l’on veut faire croire que Brive est une ville dangereuse et violente.

Pourtant, ne faudrait-il pas comparer les 1 843 faits délictueux comptabilisés en 2014, sur lesquels s’appuie le maire pour vendre son « outil » manquant à la ville, avec les 2 656 crimes et délits recensés pour l'année 2013 (source Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales) ?

La cité gaillarde, à la qualité de vie reconnue par tous, avait-elle donc besoin d’un pareil déploiement de caméras au moment même où les actes de délinquance diminuent ? la question est posée.

Si l’on dépasse le stade de l’utilité d’un dispositif manifestement disproportionné, on ne peut en outre que constater le coût de l’investissement initial qui demeure élevé - malgré l’aide de l’Etat – d’autant que le soin d’en assurer ensuite la gestion et d’en assumer la charge financière pèse exclusivement sur les collectivités territoriales.

Quand on cherche par tous les moyens à trouver 5 millions d’euros d’économie avant la fin de la mandature on ne dépense pas 660 000 euros pour répondre au sentiment d’insécurité de quelques habitants.

Car, au-delà des moyens technologiques liés à la surveillance, ne faut-il pas envisager la sécurité en la reliant à des problématiques économiques, culturelles, d'éducation ou de vie citoyenne ?

Mais il est certain qu’il est plus facile d’installer un centre de supervision urbain que de faire venir de nouvelles entreprises dans les zones d’activité.

Frédéric Soulier fait des choix. Il devra les assumer.

Non seulement il ne se passe plus rien à Brive depuis le commencement du « mandat de pause » mais les quelques projets qui sont lancés reviennent tous à faire de la capitale du Bas-Limousin un village retranché dans lequel on éteint les lumières et on fait la chasse aux incivilités avec de la grosse artillerie.

Tout est calme braves gens… dormez tranquille !

 

La Montagne - Conseil municipal - La majorité veut faire baisser la délinquance en développant la vidéo protection

 



AGENDA
Réseaux sociaux
^ Haut ^