BAP en bref

Fermer Pourquoi BAP ?

BAP dans la presse

Fermer BAP dans la presse

Rejoignez-nous

Vous souhaitez mieux nous connaître ?

Des propositions à formuler ?

Des suggestions à nous faire ?

Vous souhaitez réagir ?

Nous contacter
Adhérez
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Recherche



Actualité


Les points noirs du Livre blanc - par Christophe le 15/12/2015 @ 10:34

La fin de cette séquence supposée consultative - débutée il y a plusieurs mois par une enquête organisée à grand renfort de communication pour un résultat somme toute médiocre - n’est guère surprenante.

Tout le monde est dans son rôle convenu, bien éloigné des attentes de changement exprimées par les Français dans les urnes ces deux derniers week-ends.

Ainsi, la majorité municipale lance un livre blanc orienté et partial en ne tenant absolument pas compte des avis recueillis dans le questionnaire qui ne servait donc à rien.

Alors que la majorité des brivistes souhaitait que le coût des services proposés à la population et payée par les usagers (4,47 %) reste inchangé, la mairie entend bien passer outre et porter ce pourcentage à 30 %.

Demander aux habitants leur avis sur la dépense publique en hiérarchisant leurs priorités pour finalement s'engager dans une autre voie - à l’image de l’installation de caméras de vidéosurveillance sur l’espace public alors que la lutte contre les incivilités était davantage plébiscitée - est, n’ayons pas peur des mots, la preuve d’une grande malhonnêteté intellectuelle.

Et lorsqu’il s’agit de présenter des propositions concrètes d’économies, celles-ci reviennent tout bonnement à prendre en otage les habitants, derrière qui Frédéric Soulier s’abrite, alors qu’ils n’imaginaient pas un seul instant ce qu’elles renfermeraient. En effet, il sera rappelé qu’aucune mesure concrète ne figurait pas dans la consultation citoyenne puisque le choix ne portait de manière vague et générale que sur les grands domaines sur lesquels la ville devait concentrer ses efforts !

Comment croyez-vous que les brivistes vont-ils réagir en apprenant la révision des tarifs de l’école municipale des sports, de l’école de musique, et du centre d’art plastique ; la fin du stationnement gratuit le samedi ; l’abandon de la navette gratuite qui ne le restera que sur un seul trajet ou bien la destruction de la salle d’exposition du Garage et la baisse de l’enveloppe allouée à la fête de la musique, déjà bien terne cette année ?

De son côté, il était écrit que l’opposition, par principe, refuserait de cautionner la méthode employée et a donc refusé, sans surprise, de participer au vote, non sans critiquer une démarche populiste… ce qui ne manque pas de sel venant de responsables politiques de gauche qui ont manifestement abandonné en rase campagne les classes populaires et toute démarche de démocratie participative et citoyenne, pourtant prônée il n’y a pas si longtemps par une ancienne candidate à la présidentielle.

Au final, on s’aperçoit que rien ne change dans l’attitude de nos élus.

On ne peut souhaiter qu’une chose pour Brive et ses habitants : que ce livre blanc finisse comme tous les autres, dans un coin de l’armoire, passé le temps de la communication et des intentions supposément vertueuses et que nos élus locaux se ressaisissent car les Français veulent que les politiques s’occupent d’eux et non de leur carrière ; qu’ils les écoutent réellement sans gadgétisation ou récupération et qu’ils renouvellent leurs pratiques.

 

La Montagne - Les élus ont emprunté la voie des économies et des priorités en adoptant le livre blanc



AGENDA
Réseaux sociaux
^ Haut ^