BAP en bref

Fermer Pourquoi BAP ?

BAP dans la presse

Fermer BAP dans la presse

Rejoignez-nous

Vous souhaitez mieux nous connaître ?

Des propositions à formuler ?

Des suggestions à nous faire ?

Vous souhaitez réagir ?

Nous contacter
Adhérez
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Recherche



Actualité


Frédéric Soulier vient d'opérer un volte-face spectaculaire en annonçant, lors de sa conférence de presse de rentrée sur la sécurité cette après-midi, que la police municipale de Brive serait bientôt armée.

 

Il s'est défendu d'opérer un quelconque virage sécuritaire, ces annonces s'inscrivant, selon lui, dans le programme présenté aux brivistes, traduit dans ses engagements de mandat...

 

Or, en janvier 2015, après la tuerie survenue à Charlie Hebdo et à l'Hyper Cacher de Vincennes, le maire de Brive soutenait bien un tout autre point de vue au micro de France Bleu Limousin. Ainsi, le maire et sa majorité municipale indiquaient alors qu'ils ne voulaient "pas équiper leurs 22 policiers municipaux d'armes à feu. Ces derniers disposent pour l’instant de matraques et auront bientôt des pistolets à impulsion électrique. « Aller plus loin demanderait une toute autre approche de la police municipale, qui n'a pas pour vocation de maintenir l'ordre », selon la mairie briviste, et impliquerait par ailleurs des formations très lourdes."

 

Alors, trous de mémoire ou revirement opportuniste ?

 

Brive Avenir et Passion, notre conviction est faite.

 

Le maire de Brive, en engageant son mandat dans l'engrenage du tout-sécuritaire qui n'est pas synonyme de sécurité et en actant l'armement de la police municipale - après avoir annoncé la création d'un centre de supervision urbaine sur le site de l'école du Pont-Cardinal et l'instauration de 29 caméras de vidéosurveillance - prouve qu'il est incapable de gérer notre ville de manière apaisée et de faire face de manière raisonnée à l'insécurité et la délinquance d'une ville moyenne comme Brive.

 

Il appartient à la police nationale et seulement à celle-ci de remplir les fonctions de maintien de l'ordre public. La police municipale doit rester une police territoriale du quotidien.

 

Le choix qui a été fait aujourd'hui pèsera lourd non seulement dans le budget de la collectivité mais aussi dans la responsabilité que portera Frédéric Soulier car si l'Etat détient une compétence générale de sécurité publique sur le territoire national, il devient, de par sa décision, comptable de la sécurité publique sur sa commune.

 


La Montagne - La police municipale de Brive prochainement armée



AGENDA
Réseaux sociaux
^ Haut ^