BAP en bref

Fermer Pourquoi BAP ?

BAP dans la presse

Fermer BAP dans la presse

Rejoignez-nous

Vous souhaitez mieux nous connaître ?

Des propositions à formuler ?

Des suggestions à nous faire ?

Vous souhaitez réagir ?

Nous contacter
Adhérez
Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Recherche



Actualité


L'Arlésienne du TGV - par Christophe le 09/08/2017 @ 08:51

27 juillet 2017 - Dépôt du rapport Delebarre sur l'avenir de la liaison Limoges-Paris et le désenclavement du Limousin :

 

Le rapport Delebarre est consultable ici.

 

Rapport Delebarre sans surprise qui acte l'enterrement sans fleurs ni couronnes du TGV en Limousin. A trop avoir voulu ce raccordement avec Poitiers, le Limousin aura tout perdu. Ses élus en sont les premiers responsables et les usagers en payent les conséquences.

Aujourd'hui, les perspectives d'avenir sont minces. Aucune ne permet de réels gains de temps de trajet vers Paris. 

Si bien que l'ancien ministre en conclut à une modernisation de l'axe vers Poitiers "afin de faire circuler sur cette voie non seulement des TER plus rapides mais également des rames TGV. Ces dernières devraient être, à terme, à même de relier les deux anciennes capitales régionales dans un temps plus ou moins proche d’1h00, selon que des aménagements plus ou moins lourds sont apportés à la ligne classique."

Pour quels gains de temps ? obtenir un temps de parcours proche de 2h20 entre Limoges et Paris ce qui équivaudrait à... une performance équivalente sur l'axe POLT rénové !

Ou comment en revenir à la ligne POLT qui n'aurait jamais dû être abandonnée ! 

Au final on peut bien être marri ou attristé mais le constat est là... cruel et sans appel : le Limousin verra passer les trains et devra se contenter de pis-allers !

Christophe Chastanet

___________

Rappel de notre article du 15 avril 2016 suite à l'annulation de la déclaration d'utilité publique de la LGV Limoges-Poitiers :
 

Les opposants ont gagné. 

Si ce projet était bancal dès son origine - et je rappelle qu'Etienne Patier s'était abstenu le 4 juillet 2013 sur le voeu proposé par le maire de Brive de l'époque, Philippe Nauche, et adopté par le conseil municipal, opposition comprise, qui approuvait la poursuite de la procédure de déclaration d'utilité publique pour le projet LGV Poitiers-Limoges dont on voit aujourd'hui ce qu'en pense le Conseil d'Etat - il va vite falloir trouver une solution pour ne pas passer à côté de la grande vitesse qui est une nécessité pour éviter un enclavement ferroviaire de nos territoires.

Abandonner le TGV POLT en rase campagne en 2003 sous les coups de boutoir de Monsieur Raffarin et Madame Chirac au profit de la LGV Poitiers-Limoges n'a abouti qu'à faire perdre du temps.

La grande vitesse c'est l'histoire de rendez-vous manqués depuis le tournant raté des années 1990.

Le coût exorbitant de la LGV Poitiers-Limoges (plus de 2 milliards d'euros) et ses limites économiques condamnaient d'avance la future ligne à l'heure où les considérations budgétaires l'emportent sur les logiques d'aménagement du territoire.

Il est temps de faire preuve de bon sens. Le modèle économique de la LGV à la française, coûteuse et prestigieuse, est suranné. Optimisons la ligne POLT existante. L'abandon de la LGV Poitiers-Limoges remet en selle l'hypothèse d'un train pendulaire qui devait rouler à 280 km/h. Brive a besoin d'un train moderne et rapide. Ne le laissons pas passer sans réagir.

Christophe Chastanet

 



AGENDA
Réseaux sociaux
^ Haut ^