BAP en bref

Fermer Pourquoi BAP ?

BAP dans la presse

Fermer BAP dans la presse

Rejoignez-nous

Vous souhaitez mieux nous connaître ?

Des propositions à formuler ?

Des suggestions à nous faire ?

Vous souhaitez réagir ?

Nous contacter
Adhérez
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Recherche



Actualité


Conseiller de quartier pendant 6 ans de 2008 à 2014, je ne peux que saluer le retour dans notre cité de ces assemblées de proximité, véritables courroies de transmission entre le citoyen et les élus municipaux qui permet aux habitants de s’...impliquer et d’améliorer la vie de leur quartier.

Une ville comme Brive a besoin de cet espace de débat et de réflexion, supprimé lors de l’arrivée de Frédéric Soulier à la mairie au printemps dernier. Ils ont d’ailleurs cruellement manqué cet été, notamment aux Chapélies.

Toutefois, la nouvelle organisation présentée lors du conseil municipal de jeudi soir est critiquable à plusieurs titres et prépare l’échec prévisible de cette « nouvelle expérience » pour reprendre les propos de « La Montagne ».

Le fait que leur nombre soit multiplié par 4 (passant de 4 à 16) et que ces conseils de quartiers deviennent des associations à part entières, constitue des erreurs graves.

En augmentant leur nombre de manière exponentielle pour une ville de la taille de Brive, on les rend tout simplement inaudibles et ingérables, à l’image de ce qu’ils étaient sous l’ère Murat (7 comités de quartier crées en 1996) ; en les dotant d’un statut associatif loi 1901, on va créer une concurrence préjudiciable aux associations de quartiers existantes qui sont très dynamiques et qui animent nos quartiers et contribuent à tisser des liens de proximité et à renforcer la démocratie locale.

De plus, faire élire les douze membres qui composeront chaque conseil par les Brivistes est une grave atteinte à la représentativité et la légitimité du seul organe représentatif élu par les habitants, à savoir le conseil municipal. Les conseils de quartiers ne sont pas des conseils municipaux bis. Ce choix est un non sens politique qui doit conduire à dénoncer et boycotter ces élections du 18 janvier 2015.

Un conseil de quartier représentatif devrait être composé en trois parties égales : l’une issue de désignations dites « politiques » par les listes représentées au sein du conseil municipal, au prorata du résultat des élections municipales (à la manière de la désignation des grands électeurs pour les élections sénatoriales) ; une autre composée des forces vives du quartier issues des associations et habitants impliqués dans leur quartier et enfin des habitants tirés au sort (si leur nombre excède les places disponibles) après acte de candidature.

Pour toutes ces raisons, je ne solliciterai pas un nouveau mandat et invite les brivistes à la réflexion sur les meilleurs moyens d’exprimer leur avis et de faire entendre leurs attentes et leurs projets en toute liberté et indépendance. C’est pourquoi, j’ai souhaité, avec d’autres, que Brive Avenir et Passion voit le jour et remplisse cette mission indispensable pour préparer l’avenir de Brive.


Christophe CHASTANET, président de BRIVE AVENIR et PASSION et ancien conseiller de quartier de Brive

 

La Montagne - Les douze membres des seize conseils de quartier crées seront désignés par les urnes



AGENDA
Réseaux sociaux
^ Haut ^